Préface - 2 semaines de rêve en Birmanie


Il y a 2 ans Jean-Michel a proposé à : sa sœur Claire et son beau-frère Laurent, son frère Nicolas et sa belle-sœur Aurélie, et moi-même de nous organiser un voyage. Claire précise « moi je ne veux pas connaître l’endroit » et nous avons tous été d’accord sur cette idée de « rendez-vous en terre inconnue ». Nous ne dévoilons à personne de la famille la destination pour être sûr que le secret soit bien gardé !

Depuis le retour de notre année sabbatique, l’Asie du Sud-Est occupe une place toute particulière dans nos têtes et dans nos cœurs. Les six mois que nous avons passés au Cambodge, au Laos et au Vietnam, nous ont profondément marqués et nous n’en sommes pas revenus tout à fait les mêmes. A peine rentrés, nous n’avions qu’une envie : y retourner. Nous avons donc de suite pensé à la Birmanie.

Mais pour être francs, après une première analyse, nous ne l’avions pas retenue. Pourquoi ? Pour une seule raison : parce que les distances entre les différents sites à voir sont relativement importantes et que les déplacements y sont chronophages comme souvent en Asie. Nous en avions donc conclu que ce pays, qui nous semblait pourtant idéal, ne pourrait pas faire l’affaire dans le cadre de notre séjour de deux semaines. Mais au fur et à mesure que nous fermions les portes sur les autres destinations potentielles, nous en sommes venus à reconsidérer ce pays qui était clairement notre coup de cœur parmi toutes les destinations que nous avions envisagées.

Toutefois la Birmanie étant un grand pays (plus de 2 000 kilomètres du nord au sud), nous n’en ferons qu’une toute petite partie.

Notre itinéraire :


Jean-Michel a donc préparé et monté le voyage pour nous 6 que je nommerai dans le blog "la team family" et le départ a été fixé il y a un an, à la date du 4 novembre jusqu’au 18 novembre 2017.

Le 3 novembre au soir, nous sommes tous réunis et chacun met dans une enveloppe un papier avec la destination à laquelle il a pensé. Le lendemain matin à l’aéroport avant d’arriver dans la zone enregistrement, les enveloppes sont ouvertes. Voici les choix : Claire le Sri-Lanka, Nicolas la Nouvelle-Zélande, Aurélie et Laurent l’Inde. Ouf ils n’ont pas trouvé. Nous leur dévoilons donc la destination : la Birmanie et Jean-Michel leur donne leur road-book. Ils ont de quoi lire dans l’avion : un guide de plus de 200 pages….qui ne contient pas tout le programme car Jean-Michel nous a prévu une surprise par jour.




La Birmanie ou Myanmar


 Un peu d'histoire : 
L’histoire de la Birmanie a toujours été marquée par l’influence culturelle et religieuse de l’Inde mais aussi par les guerres et les répressions sanglantes.
De nos jours, le bouddhisme est omniprésent dans la vie quotidienne des Birmans (85 %), ce qui ne les empêche pas de croire aux nats (les esprits).

Le premier empire birman unifié fut fondé vers l'an mille par les Môns. Puis, vers 1250, le royaume môn tomba aux mains des armées mongoles. Une partie de la Birmanie subit ensuite la domination des Shans, puis de nouveau celle des Môns.

En 1805, les Britanniques déclenchèrent la première guerre anglo-birmane (1824-1826) et prirent une du contrôle de la Birmanie. Puis après une seconde guerre anglo-birmane (1852-1855), toute la Birmanie fut annexée et proclamée en 1886 comme province de l'Empire des Indes, après des massacres de populations entières.

Les Britanniques colonisèrent donc le pays en imposant militairement la loi et l’ordre, en administrant la justice d’une manière expéditive, et en supprimant la religion et la langue des populations autochtones, pour favoriser exclusivement la langue anglaise. Les habitants du pays réagirent très mal à cette colonisation maladroite des Britanniques. La résistance s’organisa et, lors de la Deuxième Guerre mondiale, les Britanniques perdirent le contrôle de la Birmanie au profit des Japonais. Après des négociations commencées en 1946 avec Londres, la Birmanie proclama son indépendance le 4 janvier 1948 et refusa de faire partie du Commonwealth. 

En 1989, le régime militaire renomme le pays «Myanmar».



Ils ont rêvé sur un pays différent mais ils sont enthousiasmés par la destination que nous avons choisie. Nous avons hâte d’y être mais il nous faudra attendre 27 heures avant d’arriver à Bagan (une escale à Doha et un avion à reprendre à Rangoon).


Dès notre arrivée à l'aéroport de Bagan, nous devons nous acquitter des droits d'entrée du site : 25 000 Kyats par personne (environ 15 euros).

Aussitôt arrivés à notre guesthouse en début d’après-midi, pas question d’aller dormir !
Nous troquons nos vêtements d’hiver avec ceux d’été (7°à Paris, 31° à Bagan), puis nous louons 3 E-bikes (sorte de scooter électrique).



Nous voilà partis à la découverte de ce pays que la lecture du guide de voyage dans l'avion nous a déjà fait adorer…